lundi 26 octobre 2020

Pas de reprise des ateliers

Conformément à l'arrêté préfectoral du 24 octobre 2020 interdisant toute activité dans les salles des fêtes jusqu'au 13 novembre 2020, nous sommes dans l'obligation d'annuler l'atelier de danse du 3 novembre 2020.

lundi 19 octobre 2020

Reprise des ateliers le mardi 4 novembre à 18h30 à la salle des fêtes de Boussens. Les danses sans contact seront au programme. Merci de bien vouloir respecter le protocole sanitaire.

lundi 18 mai 2020

18 mai 2020 Un peu d'histoire

La Chapelloise

Contrairement à une légende tenace, ce mixer n'a pas été inventé lors d'un stage à la Chapelle-des-Bois. Il s'agit d'un mixer suédois, appelé Aleman's marsj, lui aussi (comme le cercle circassien) apporté en France par Miss Pledge dans les années trente et pratiqué sous son appellation d'origine, aujourd'hui encore, aux États-Unis.
A. Dufresne l'enseigne à la Chapelle-des-Bois dans les années soixante-dix ; en ayant oublié le titre, il le rebaptise « la Chapelloise »
La danse se répand sous cette nouvelle appellation. En cours de route, elle s'en trouve d'autres : la «champenoise», la «gigue», «l'autre Cercle circassien», le «rock irlandais» etc. La vogue du bal folk l'exporte hors de nos frontières, où elle passe pour une invention française. Sauf en Angleterre, où le mixer suédois se voit naturalisé comme « English gay gordons ».
Aleman's marsj est un mixer, on change donc continuellement de partenaire.

jeudi 14 mai 2020

14 mai 2020 Un peu d'histoire

La Polka

Danse festive, très classique en bal folk et facile à apprendre du fait de son rythme gai, voire effréné, ainsi que son pas simple. Elle est donc appréciée des danseurs débutants.
La polka prend ses origines en 1830 en Europe centrale. Elle passe par l'Allemagne et arrive dans les salons et bal publics parisiens en 1844. Son succès est si retentissant qu'on forge le mot de «polkamanie».
Les journaux de l'époque lui font une belle part, elle fascine. Le mot polka est sur toutes les lèvres, mais dans un premiers temps, les jambes hésitent à emboîter le pas. Elle semble insolite, d'une exécution difficile. De nombreux cours de polka s'ouvrent à Paris, cours sérieux et cours farfelus par des professeurs sans scrupule. En très peu de temps, elle gagne toutes les couches de la population, des milieux bourgeois aux plus populaires et ce, dans toute l'Europe, grâce notamment aux nombreux manuels, articles et publications que les maîtres de danse font circuler.

La Scottish

Même si le nom de cette danse signifie écossaise, elle n'en a aucune origine. Danse de couple à deux temps, en position de danse de salon, elle est très appréciée des danseurs. Sa popularité tient probablement à la relative facilité d'apprentissage du pas de base, renforcée par une grande diversité de figures additionnelles possibles. Ce qui permet aux néophytes comme aux danseurs chevronnés d'y trouver un plaisir renouvelé.
Danse populaire non traditionnelle et d'origine incertaine, elle serait allemande ou hongroise. Comme la polka, elle arrive dans les bals parisiens vers 1849. Elle est introduite ensuite en Angleterre sous le nom de German polka. Elle s'est répandu jusque dans l'Océan indien. 
En Scandinavie, on la connaît sous le nom de reinlander. Il est difficile de comprendre pourquoi elle porte le nom de scottish, peut-être parce qu'elle s'est inspirée, au début, de certains pas d’une danse écossaise mélangés à des figures de valses.

lundi 11 mai 2020

11 mai 2020 Un peu d'histoire

http://www.accrofolk.net/ et autres sources

La Mazurka

Danse de couple à trois temps aux accents souvent syncopés. Courante en bal folk, elle est très appréciée des habitués. Le pas bien solidement installé en bal folk est la manière "gasconne".


La mazurka est originaire de Pologne où on la danse depuis le XVIe siècle dans la province de Mazovie.
Dans les années 1830, elle arrive en Europe occidentale avec de nombreux émigrants polonais qui fuient leur pays. Parmi eux, Frédéric Chopin qui s'établit à Paris. Il contribue par ses compositions de mazurkas à donner à cette danse une grande notoriété dans les salons européens.
C'est une danse vive, contrairement à la valse qui est plus fluide. Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, elle se répand dans les campagnes françaises où elle connaît là encore un immense succès.
Chaque région adopte sa propre chorégraphie, mais garde en commun cette énergie et ce saut sur le troisième temps, parfois amplifié, parfois doublé d'un claquement de pied sur le sol. À la fin du XIXe siècle, elle passe dans le répertoire du bal musette. Comme beaucoup de danses de salon, la mazurka sera reprise dans les danses folk.

Évolution récente
Entre 1970 et 2000, une certaine forme de mazurka particulièrement coulée ou glissée, moins sautée et moins joyeuse que d'autres, a connu une destinée particulière, la mazurka de Samatan (commune du Gers de 2000 habitants en Gascogne). Cette mazurka, de par les stages et les festivals de danses traditionnelles, s'est imposée un peu partout en France et même en Europe comme la référence et a suscité de nombreuses variantes, tant dans la manière de jouer la musique que de la danser.

vendredi 8 mai 2020

8 mai 2020 Tango papillon

Voici un lien vers une danse : le tango papillon

https://www.youtube.com/watch?v=-R9I0ZfiXvc